JOURNEES SCIENTIFIQUE DE L’OBSERVATOIRE DE LA GOUVERNANCE (O.G.)

 

Dates​ ​:​ ​Lundi 18, mardi 19 et mercredi 20 mars 2019

Lieu​ ​:​ ​Université​ ​de Kinshasa,​ ​Salle des Promotions Mgr. Luc Gillon/Bâtiment Administratif       et Faculté des Sciences Sociales, Administratives et Politiques.

Thème central : Géographie Politique par les méthodes qualitatives. Essai de la co-construction-académies-cités des recherches ancrées dans la réalité empirique.

Contacts : Tél. +243-81 37 45 540,  082 46 53 038, 0997 49 15 65 et 089 00 34 691

Mail : michelbisa@gmail.com,

Web : www.bisarecherche.org

Argumentaire

En dépit de leurs diversités et de leurs spécificités, les approches géographiques de la science politique, qu’on tend souvent à regrouper sous les termes de Géographie Politique, d’études géographiques de la politique ou d’études politiques de la Géographie,…, ont souvent en commun d’étudier les différentes façons dont les constructions sociales et les modes de représentation touchant à la distribution des pouvoirs sur les espaces peuvent affecter la pratique et le contenu d’exploitation géographique, ainsi que les discours et les regards que l’on porte sur le cadre de la vie politique.

Pour restituer les travaux des chercheurs de l’O.G. en matières géographiques, il se tiendra, du lundi 18 au mercredi 20 mars 2019, la première édition-2019 des journées scientifiques du Laboratoire autour du thème «Géographie Politique par les méthodes qualitatives. Essai de la co-construction-académies-cités des recherches ancrées dans la réalité empirique». L’évènement sera organisé sur le campus de l’université de Kinshasa, dans la Salle des Promotions Monseigneur Luc Gillon. Certains panels auront lieu dans le bâtiment de la Faculté des Sciences Sociales, Administratives et Politiques.

En proposant un vaste état des lieux des travaux des chercheurs de l’O.G., les journées scientifiques invitent à dépasser les barrières disciplinaires et méthodologiques qui structurent encore largement les recherches au Congo-Kinshasa. Elles aspirent à faire dialoguer toutes les disciplines des sciences humaines et sociales intéressées par des questions géographiques et politiques, afin de réécrire l’histoire complexe, ancienne et contemporaine, des réalités empiriques de notre éco-citoyenneté.

Ces journées scientifiques entendent également constituer un lieu d’échanges et de             débats rassemblant les Professionnels des recherches scientifiques, ceux d’investissements et de production liées à la terre, ceux des mondes artistiques, culturels et sportifs…. Les Journées scientifiques-O.G-2019 sont marquées par une double ouverture, manifeste dans leur choix d’analyser les réalités Géographiques. D’une part, se tenant à l’Université de Kinshasa, colline inspirée de la R.D.Congo, elles réaffirment la nécessité de placé la science au cœur du processus d’émergence, d’autre part, en faisant dialoguer le monde académique, le monde des affaires et le monde culturel, L’O.G. veut amener la science à la cité et faire monter la cité (société globale) dans sa diversité dans les hauteurs scientifiques. C’est cela une des approches de la co-construction méthodologique. Ce faisant, elles s’interrogent sur les modalités du « grand partage » historique et épistémologique qui a conduit à diviser la société en trois aires culturelles supposées étanches : le monde académique, le monde des affaires et le monde socio-culturel.

Nous entendons organiser ces journées scientifiques non seulement dans le but d’établir un état des lieux des recherches actuelles au sein de l’O.G. et ses structures sœurs de recherches sur les sujets Géographiques et Ecologiques, mais aussi, pour donner un élan et une visibilité accrue à ce domaine de recherche et à une autre forme de communication scientifique par les professionnels de terrain, par les Comédiens, par les sportifs, par les étudiants,… Les Journées scientifiques de l’O.G. aspirent ainsi à organiser une « entre-vue » entre prestations​ ​artistiques​, sportives ​et​ ​recherches​ ​scientifiques sur les questions de Géographie Politique. La communication scientifique à travers les​ contributions​ ​artistiques, les prestations sportives ainsi que les communications des hommes de terrains en marge des discussions des chercheurs proposent un regard méthodologique alternatif par rapport à nos manières traditionnelles de produire la science, de la communiquer et vulgariser ses résultats.

D’autres Chercheurs, non Membres de l’O.G., qui souhaitent présenter les résultats de leurs recherches au cours de ces journées scientifiques sont priés de faire parvenir au Secrétariat scientifique de l’O.G., leurs projets de projection ou d’expositions, accompagnés d’un paragraphe explicatif et argumenté. Ces projets devront être envoyés ​avant​ ​le​ ​10 mars 2019​ ​à​ ​​michelbisa@gmail.com ou être déposés, en papiers, au Local Administratif de l’Observatoire de la Gouvernance sise au Complexe sportif de l’UNIKIN. Réf. A côté du Centre des Jeunes Coulibaly.

          En plus des différentes pistes qui seront proposées par des chercheurs hors-O.G., les axes suivants nous intéressent:

Axe​ ​1 :​ ​Pouvoirs​,​ ​autorités et gouvernementalités​ ​de​ ​(dans)​ ​l’État : cet axe vise à appréhender l’État et des dynamiques des Géo-étatiques afin de questionner les​ comportements des acteurs, étatiques et non étatiques, les ​gouvernementalités,​ ​les​ ​pratiques​ ​et​ ​les​ ​relations​ ​de​ ​pouvoir​ ​dans​ ​les espaces géographiques supposés appartenir à l’Etat. L’objectif général des panels à insérer dans cet axe de recherche est de comprendre la manière dont l’Etat se donne-t-il à voir, maîtrise-t-il ou non son ou ses domaines publics et privés, ses territoire, son image et comment négocie-t-il sur la scène étatique avec d’autres acteurs, officiels et officieux, formels et informels. Les objectifs spécifiques cherchent à répondre aux questions suivantes : quelles représentations, quelles pratiques sociales et quels mécanismes sont mobilisés par les acteurs en vue de régir ou d’influer sur le fonctionnement quotidien des espaces publics à l’instar des parkings, des camps militaires, des ménages, des poubelles,… de la ville de Kinshasa ? Quelles attentes nourrissent les citoyens ou les usagers à l’égard des gouvernementalités en matière d’étalements urbains à Kinshasa et à Boma ? Dans quelle mesure des acteurs civils non étatiques et des militaires non autorisés investissent-ils les camps militaires et revendiquent-ils une certaine légitimité à participer du pouvoir et de l’autorité de régulation de ces lieux hautement stratégiques ? La Géographie électorale est-elle une géographie politisée? Analyse des gouvernementalités géo-électorales de 2006, 2011 et 2018 au Congo-Kinshasa. Enfin, comme il est admis que le territoire est le bien suprême de l’Etat : sa source vitale et que l’Etat vampirisé du Congo est en train de perdre le contrôle de son territoire, allons-nous vers la disparition de l’Etat-Nation?

 

  • Dans ce panel nous aurons :
  • 6 conférences sur les géographies politiques,
  • Une conférence méthodologique,
  • Deux intermèdes par comédie. + chorale des étudiants de la FLSH.

Axe​ ​2 :​ ​Ressources : dans un contexte où la disponibilité et la diversité des ressources géographiques sont l’objet de tensions accrues, cet axe propose de mener des réflexions sur la production et la gestion des ressources, prises ici au sens large, tant physiques (foncières, minières, énergétiques, alimentaires,​ semences, ​travail,​ ​eau,​ ​etc.)​ ​qu’immatérielles​ ​(pouvoirs politiques, savoirs,​ ​connaissances,​ ​langage,​ ​arts,​ ​etc.).  Ces connaissances qui se produisent à des échelles différentes, questionnent les modes de régulation, les rapports de force et les inégalités économiques liées à l’exploitation des réalités géographiques. Cet axe propose ainsi des panels qui apportent des éclairages sur les processus de changements passés et actuels dans la production et la gestion des ressources, lesquelles peuvent être considérées au sein des territoires et des espaces (qu’ils soient publics ou privés) où s’observent des configurations sociales et écologiques spécifiques. Une attention particulière sera portée sur des questions telles que : 1. Le parc agro-industriel de Bukangalonzo. 2. Agricultures et semences : Expérience d’Agrisem. 3. Le Service National : expériences et perspectives. 4. Le Bassin du Fleuve Congo. Quelles possibilités d’exploitations ?

Axe​ ​3 :​débat méthodologique sur la co-construction des savoirs : cet axe vise à saisir la spécificité de la démarche méthodologique de production conjointe des savoirs entre l’académie et la cité. Il s’ouvre, ensuite, à une réflexion sur la structuration actuelle du champ des recherches scientifiques, en interrogeant les conséquences de la spécialisation des chercheurs héritiers de « l’africanisme », la séparation opérée entre les études universitaires et les pratiques des terrains, la prépondérance de certaines disciplines dans la recherche et les modalités de contact entre elles, dans un esprit de paix qui nous semble caractéristique de l’organisation de ces Journées scientifiques. L’exigence épistémologique de cet axe pourra, en outre, permettre de revenir sur des questions méthodologiques récurrentes : ainsi sur les contacts universitaires entre Nord et Sud, entre Chine-Afrique, la place des « langues africaines » dans la recherche ou encore les enjeux des sports, des jeux, des comédies, des films, de l’oralité dans la communication scientifique,… en tant que véhicule du savoir en Afrique pourront également être abordées.  Les questions centrales du panel sont : Comment et où vulgariser les « travaux » des chercheurs? De quelle manière nos entreprises, nos politiques, nos revues,… devraient-elles nous aider ?…

Nous encourageons des perspectives sur la Géographie virtuelle et les questions de paix.

téléchargez  l’argumentaire des journées scientifiques  et de la soirée d’éloquence de l’observatoire de la Gouvernance ici

Membres​ ​du​ ​comité​ ​scientifique et d’organisation des journées scientifique

  • Célestin Musao Kalombo, Prof. /UNIKIN-Yaoundé II CREPS/ Coordon-OG​ ​
  • Michel Bisa Kibul, Prof. /Unikin/Sec. Sc-O.G.,
  • Yav Mutach Rich, Chef de Travaux/Doctorant/Unikin,
  • Willy Kalala, Chef de Travaux/Doctorant/Unikin,
  • Bienvenu Kobongo, Assistant/Apprenant-DEA/Unikin.
  • Nadine Rumerha, Assistante/Apprenante-DEA/Unikin,
  • Nadia Kayembe, Assistante/Unikin.
  • Intelligence virtuelle : Assistant Richard Kangiama /Unikin

              Fait à Kinshasa, le 13 janvier 2019

Prof. Bisa Kibul Michel

Secrétaire scientifique de l’O.G.

× Comment puis-je vous aider ?